Translate

samedi 26 août 2017

La scolarisation en petite section de maternelle (IGEN)

Auteurs : Marie-Hélène Leloup, Françoise Audry-Iljic, Laurent Brisset, Monique Dupuis, Marie-Laure Lepetit
Rapport n° 2017-032
05.2017



Extraits :
Dans toutes les classes visitées, la mission s’est particulièrement intéressée à la pédagogie du langage.  Premier constat, si le langage est a priori présent dans toutes les classes, s’il est affirmé comme une préoccupation majeure des enseignants de petite section, la mission a constaté la très grande difficulté des maîtres à conceptualiser leur travail, à expliciter leurs choix et même à les mettre en mots. La mission a pu observer que les outils de programmation, quand ils existent, ne sont pas toujours une aide suffisante pour l’enseignant : une fois les compétences déclinées par période, manque le croisement avec les situations d’apprentissage qui permettraient de travailler les compétences. Les outils ont de fait un caractère formel et sont interchangeables d’une classe à l’autre. Les progressions ne sont pas non plus clairement pensées. (p 35)
Tous les enseignants produisent beaucoup de langage dans toutes les situations de classe, utilisent des comptines (les comptines privilégiées sont fondées sur une gestuelle qui facilite la mémorisation, qui permet d’enrôler l’enfant par son côté ludique), chantent des chansons, lisent des albums. Quand on les interroge sur leurs critères de sélection, les enseignants mentionnent l’accessibilité aux enfants, la qualité des illustrations, la présence d’un schéma répétitif qui facilite la mémorisation. L’entrée lexicale est également un critère de choix :  il s’agit d’enrichir le vocabulaire des enfants à partir d’une thématique. (p 36)
Dans le domaine de l’oral, la mission a observé des postures professionnelles qui traduisent une véritable attention portée au domaine du langage : bienveillance à l’égard des productions langagières des enfants, soutien et étayage adaptés. Les enseignants adoptent un comportement plus individualisé dans leur rapport à chaque enfant, tant verbalement que corporellement (se mettre à hauteur de l’enfant, le regarder, ...), tentent de décoder les essais de l’enfant, reformulent et font reformuler. Ces postures professionnelles sont fondamentales, qui permettent au petit enfant d’entendre du langage qui lui est personnellement adressé, d’occuper un statut de locuteur. (p 39) 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.