Translate

dimanche 15 avril 2018

Prévisions d'effectifs d'élèves du premier degré (MEN-DEPP)

La baisse des effectifs amorcée en 2017
devrait se poursuivre jusqu'en 2022

Auteur : Noémie Cavan
Note d'information, n° 18.04
03.2018




Les prévisions d’effectifs d’élèves qui seront scolarisés aux rentrées de 2018 à 2022 reposent sur les évolutions démographiques, déterminant principal des variations attendues, et sur la prise en compte des conséquences des politiques éducatives mises en place.

À la rentrée 2018, les effectifs des écoles publiques et privées (France métropolitaine et DOM) devraient diminuer de 36 200 élèves. En 2019, cette baisse devrait s’accentuer avec 63 700 élèves de moins et s’amplifier jusqu’à la rentrée 2022.

Si à la rentrée 2018, la baisse attendue des effectifs d’élèves devrait concerner majoritairement le niveau préélémentaire, elle se répartira en 2019 sur les niveaux préélémentaire et élémentaire de manière identique. Les effectifs diminueront ensuite de façon importante dans les deux niveaux jusqu’à la rentrée 2022.

1. Évolution des effectifs d'élèves dans le premier degré (en milliers)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


2. Effectifs d'élèves dans l'enseignement préélémentaire et l'enseignement élémentaire (en milliers)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


3. Prévisions des effectifs d'élèves du premier degré pour 2018 et 2019 *

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.



En 2018, le passage au CP de la génération des enfants nés en 2012 provoque une baisse importante des effectifs en préélémentaire

Après une baisse de 17 200 élèves à la rentrée 2017 (- 0,7 %), les effectifs en préélémentaire devraient à nouveau diminuer aux cinq prochaines rentrées scolaires. La baisse devrait être plus forte à la rentrée 2018 (- 29 900 élèves) et de plus en plus importante jusqu’à la rentrée 2020 (- 36 200 élèves en 2019 puis - 50 600 en 2020). Cette tendance à la baisse s’infléchira ensuite jusqu’à la rentrée 2022 (- 42 000 élèves en 2021 puis - 29 100 en 2022). Ces diminutions d’effectifs s’expliquent en très grande partie par le remplacement des générations : les générations 2015 et 2016 âgées de 3 ans respectivement aux rentrées 2018 et 2019 remplaceront celles de 2012 et 2013, de taille plus importante, âgées de 6 ans, qui quitteront le niveau préélémentaire. La population estimée des enfants âgés de 3 à 5 ans devrait ainsi diminuer de 30 000 à la rentrée 2018 et de 34 700 à celle de 2019.

Au-delà de la démographie, ces prévisions reposent sur des hypothèses de taux de scolarisation. Pour les 3 à 5 ans, les taux sont supposés identiques à ceux de 2017. Quant aux enfants de 2 ans, leur taux de scolarisation oscille autour de 12 % sur les années récentes (il s’établit à 11,7 % à la rentrée 2017). L’hypothèse sur laquelle repose la prévision est celle d’une légère augmentation de la scolarisation à 2 ans qui ramènerait le taux de scolarisation à son niveau de 2016 (11,9 %). En raison du nombre d’enfants de 2 ans de plus en plus faible, le nombre d’élèves de cet âge diminuerait tout de même légèrement à la rentrée 2018 (- 500 élèves).

4. Évolution des effectifs d'élèves dans l'enseignement préélémentaire (en milliers)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


5. Évolution de la population

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.



Après une légère baisse à la rentrée 2017, les effectifs en élémentaire devraient encore diminuer jusqu’à la rentrée 2022

Après une hausse continue depuis plusieurs années, les effectifs en élémentaire ont diminué de 7 200 à la rentrée 2017. Le nombre d’élèves à ce niveau devrait encore diminuer de 7 200 élèves à la rentrée 2018 (- 0,2 %) puis de 28 500 élèves à la rentrée 2019 (- 0,7 %). Les effectifs s’établiraient ainsi à 4 203 100 élèves à la rentrée 2018 et à 4 174 700 élèves à celle de 2019. La baisse s’accentuerait ensuite avec des effectifs escomptés de 4 057 500 élèves à la rentrée 2022, niveau le plus bas depuis 2008.

6. Évolution des effectifs d'élèves dans l’enseignement élémentaire (en milliers)

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


À la rentrée 2018, la génération 2012 qui arrive en cours préparatoire (CP) est de taille proche de la génération 2007 qui quitte le CM2 (+ 2 300 naissances). À la rentrée de 2019, la génération arrivant en élémentaire est de taille plus faible que celle qui le quitte (- 16 900 naissances). Le remplacement des générations est ensuite de plus en plus déficitaire jusqu’à la rentrée 2022 (- 49 200 naissances en 2016 par rapport à 2011).

Les baisses importantes des taux de redoublement depuis la rentrée 2014 et les mouvements migratoires maintenus constants par rapport à ceux de la rentrée 2017 expliquent notamment la baisse de 7 200 élèves attendue à la rentrée 2018.

Au-delà de l’effet très fort de la démographie, les prévisions établies pour le niveau élémentaire s’appuient sur des hypothèses de légère baisse des taux de redoublement à la rentrée 2018 au CP et au CE2 (- 0,1 point pour chacun). Les taux de redoublement en CE1, CM1 et CM2 sont maintenus constants. Les taux de redoublement sont peu modifiés, ceux-ci étant déjà à un niveau bas à la rentrée 2017 (entre 0,2 % au CM1 et au CM2 et 1,1 % au CP).


Les effectifs des unités localisées d’inclusion scolaire devraient continuer à augmenter

À la rentrée 2017, 50 600 élèves sont scolarisés dans des unités localisées d’inclusion scolaire (ULIS-école). Ces classes permettent à des élèves en situation de handicap de bénéficier d’une scolarité inclusive tout en restant dans le milieu scolaire ordinaire. Les prévisions établies pour les prochaines rentrées scolaires reposent sur la progression de la scolarisation de ces élèves. Leurs effectifs continueraient d’augmenter au cours des prochaines rentrées scolaires à un rythme plus modéré qu’en 2017 mais plus soutenu que les années précédentes (+ 1,8 % à partir de 2018 contre + 1,5 % en 2015 et 2016 et + 2,4 % en 2017). Ce sont ainsi 51 600 élèves en situation de handicap qui pourraient être scolarisés dans un établissement du premier degré à la rentrée 2018 puis 52 500 à celle de 2019 et jusqu’à 55 400 à la rentrée 2022.


La part du secteur public devrait se stabiliser autour de 86 %

À la rentrée 2017, 5 842 700 élèves fréquentent des écoles du secteur public, ce qui établit la part de ce secteur à 86,1 %. Comme pour les rentrées précédentes, ce taux devrait globalement peu évoluer aux rentrées 2018 et suivantes ; il s’établirait en préélémentaire à 87,1 %, et en élémentaire à 85,3 % à la rentrée 2018 et à 84,8 % en 2022. Dans le préélémentaire, la répartition entre secteur public et secteur privé est supposée constante par rapport à la rentrée 2017. En élémentaire, les hypothèses retenues font évoluer la part du public sur la tendance observée entre 2016 et 2017.

7. Prévisions des effectifs d’élèves du premier degré (secteur public) pour 2018 et 2019 et part du public (en %) *

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Au total, les effectifs du secteur privé (sous et hors contrat) devraient augmenter de 2 600 élèves à la rentrée 2018 et diminuer de 2 200 à celle de 2019. La baisse se poursuivra jusqu’à la rentrée 2022 où le nombre d’élèves scolarisés dans le secteur privé devrait s’établir à 921 000, soit 19 500 élèves de moins qu’à la rentrée 2017. Le secteur public devrait scolariser 38 700 élèves de moins en 2018 puis 61 500 de moins en 2019. À la rentrée 2022, le secteur public devrait compter 316 300 élèves de moins qu’à la rentrée 2017.

Malgré une légère hausse dans le secteur privé à la rentrée 2017, les effectifs en préélémentaire devraient diminuer aux rentrées 2018 à 2022 dans les deux secteurs de scolarisation (- 26 100 pour le secteur public et - 3 800 pour le secteur privé à la rentrée 2018). À la rentrée 2022 en préélémentaire, ce seraient 163 800 élèves de moins qu’à la rentrée 2017 dans le secteur public et 24 000 de moins dans le secteur privé. En élémentaire, les effectifs devraient être en baisse dans le secteur public à ces mêmes rentrées (- 13 500 élèves en 2018 et jusqu’à - 157 000 élèves en 2022 par rapport à 2017). Dans le secteur privé, les effectifs en élémentaire devraient augmenter aux rentrées 2018 à 2020 (+ 6 300 élèves en 2018, + 2 500 en 2019 et + 1 900 en 2020) puis diminuer aux rentrées 2021 et 2022 (respectivement - 1 900 et - 4 700 élèves).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.