Translate

samedi 7 avril 2018

L'école maternelle française n'est plus un modèle

Un nouvel âge pour l'école maternelle ?

Auteurs : Daniel Agacinski et Catherine Collombet
France Stratégie, 03.2018




Extrait :

Une littérature internationale abondante montre les effets positifs pour le développement des enfants d’un taux d’encadrement plus élevé — donc avec moins d’enfants par professionnel — ou d’une taille des classes moindre dans l’enseignement préscolaire. De tels ratios améliorent la qualité des interactions entre professionnels et enfants, au niveau individuel comme collectif. Ils permettent aux professionnels de nouer des relations plus personnalisées avec les enfants, alors qu’un taux d’encadrement faible induit une communication basée sur les routines et les restrictions. Des résultats similaires sont observés dans l’enseignement primaire, le bénéfice de classes à effectifs plus réduits apparaissant plus grand pour les enfants issus de milieux défavorisés. De nombreux travaux de recherche établissent un lien entre le taux d’encadrement et la « qualité » de l’éducation préscolaire, mesurée par la qualité des processus et les résultats des enfants. En outre, un taux d’encadrement élevé a un effet favorable sur le bien-être des enfants et sur leur capacité à coopérer entre eux. Enfin, les travaux relèvent une association significative entre la petite taille des classes et les résultats ultérieurs au collège ou l’accès à l’université.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.


Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.