Translate

lundi 16 octobre 2017

La faillite de la formation professionnelle des enseignants du Primaire

Professeurs des écoles stagiaires 2016-2017

Retour d’enquête

SNUipp-FSU
06.2017




D’après un article du Café pédagogique

L'enquête menée par le SNUipp a touché 1766 professeurs des écoles stagiaires, un nombre représentatif. Selon elle, 70 % des stagiaires se sentent débordés, un taux comparable à celui des années antérieures. 87 % ont le sentiment de ne pas être assez préparé pour avoir la responsabilité d'une classe, un taux en légère hausse par rapport à 2016 (85 %) ou 2015 (82 %).


Les stagiaires se sentent le plus en difficulté dans la gestion de l'hétérogénéité (68 %), de la difficulté scolaire (55 %) et des groupes (41 %). Exactement comme si l'enseignement reçu se conformait à des modèles de classe qui n'existent plus que rarement.

Leur jugement sur l'enseignement reçu en ESPE est sévère. 74 % le jugent insuffisant en ce qui concerne la connaissance de l'élève, 70 % pour la gestion de la classe et même 60 % sur la connaissance des disciplines à enseigner.

L'enquête pointe également des dysfonctionnements matériels des ESPE. Ainsi deux stagiaires sur trois ont eu moins de 4 visites par le tuteur de terrain, 80 % un ou deux visites par le tuteur ESPE.

Quatre ans après la mise en place du nouveau système, 43 % des stagiaires n'ont pas suivi le master MEEF avant d'avoir le concours. Ils n'auront eu finalement qu'une année de stage, où ils se retrouvent directement poussés en responsabilité de classe, avant de devenir titulaires. 27 % des stagiaires n'ont fait aucun stage en classe, même pas d'observation, avant d'être reçus et de se voir responsables d'une classe...

En 2014, l'enquête TALIS de l'OCDE montrait déjà la crise particulière des enseignants français. Selon elle, le professeur français est celui qui s'estime le moins bien formé sur le plan pédagogique. Seulement 6 enseignants sur 10 se jugent suffisamment préparés sur ce terrain-là, alors qu'ils sont 9 sur 10 dans les autres pays. Les enseignants français participent moins à des formations que leurs collègues et jugent leurs formations peu utiles.

Depuis la formation a été totalement revue avec la mise en place des ESPE en 2013. Mais l'enquête SNUipp montre que les mêmes failles existent toujours dans la formation : « Après quatre années de fonctionnement des ESPE, la situation ne s’est toujours pas améliorée, malgré la multiplication des alertes. »


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.