Translate

jeudi 22 juin 2017

OCDE : L’école maternelle française en queue de peloton

Résumé des principaux résultats de 

Petite enfance, grands défis
2017 : indicateurs clés de l’OCDE sur l’éducation et l’accueil des jeunes enfants

21.06.2017


D’après un article du Café pédagogique

En présentant les deux nouvelles études publiées par l'OCDE le 21 juin, Éric Charbonnier, expert Éducation à l'OCDE, pointe en premier lieu le manque de cohérence entre crèche et école maternelle. Pour l'OCDE si la France est en tête pour l'accès à l'école maternelle, elle est en queue de peloton pour la qualité de l'éducation donnée. L'Organisation pointe l'absence de programme éducatif avant l'école maternelle alors que les autres pays s'en sont dotés. À l'école maternelle, elle montre le manque d'investissements se traduisant par un nombre élevé d'élèves en classe, ce qui est un obstacle pour les apprentissages. L'OCDE introduit aussi un autre enjeu : celui des méthodes pédagogiques.

Cliquer sur l'image pour agrandir


En s’appuyant sur les travaux des neurosciences et sur des données statistiques, l’OCDE rappelle que « les premières années jettent les bases de ce que seront le développement des compétences, le bien-être et les apprentissages futurs », explique l'OCDE. Les neurosciences montrent que les premières années de la vie sont importantes pour le développement cérébral.

Les statistiques OCDE montrent ainsi qu'il y a un rapport étroit entre le nombre d'années passées dans une structure d'éducation et d’accueil des jeunes enfants (EAJE) et la réussite scolaire. Plus les enfants y passent d'années, moins ils ont de risques d'être scolairement peu performants. En France, un enfant qui passe moins d'une année dans une de ces structures a 30 % de risque d'être peu performant. Or 8 % des enfants ont eu moins de deux années de crèche ou d'école maternelle en France.

L'enjeu est aussi social. Ce sont surtout les moins favorisés que l'on retrouve dans ces enfants exclus de l'EAJE. Cela tient à plusieurs facteurs dont le fait que les crèches accueillent en France prioritairement des enfants des catégories favorisées. Les autres enfants se retrouvent plutôt dans d'autres modes de garde avec des personnels peu ou pas formés.

Pour l'OCDE, la plupart des pays ont fortement fait progresser leur EAJE. Si la France est encore en tête pour la scolarisation à 3 ans (pratiquement 100 % en France), ce n'est plus vrai pour les 4-5 ans. On est en train de perdre l'avantage quantitatif qui est un héritage historique. Même chose sur le terrain qualitatif.

Avant 3 ans, les enfants sont éparpillés en France dans de nombreux modes de garde. Beaucoup sont confiés à du personnel pas ou peu formés. Mais l'OCDE précise qu’en France, le mode de garde le plus attentif à l'enfant n'a pas de programme éducatif. Il peut y avoir des actions éducatives qui sont menées mais il n'y a pas de programme national avec des objectifs clairement éducatifs. C'est une différence avec au moins la moitié des pays de l'OCDE.

L'investissement public pour l’école maternelle semble à l’OCDE insuffisant. On y compte en moyenne, en France, 26 élèves par classe. C'est le double de la moyenne OCDE qui est de 14 élèves.

L'OCDE souligne aussi la faiblesse de la formation initiale et continue en maternelle. Si les enseignants sont recrutés à un haut niveau intellectuel, il reste beaucoup à faire pour la formation pédagogique. Enfin elle évoque le faible nombre de jours de classe en France. Au final, les enfants auraient un enseignement réduit en maternelle par rapport aux autres pays.

L'OCDE pose aussi la question des transitions entre crèche et maternelle et maternelle et élémentaire. À chaque fois les enfants changent d'univers et sont confiés à des personnels ayant des cultures professionnelles différentes, voire opposées.

Reste l'aspect pédagogique.

Cliquer sur l'image pour agrandir


« Les groupes d’âge concernés peuvent varier mais il n’en reste pas moins que des programmes alignés avec les contenus de ceux de l’enseignement primaire ou ultérieur facilitent également la transition vers le niveau d’enseignement suivant. Un programme d’enseignement aligné permet de conserver les bénéfices de l’EAJE. »

Autrement dit, l’école maternelle ne doit pas se contenter de faire de la garderie et du jeu libre, mais au contraire préparer les enfants qui lui sont confiés à devenir les élèves de l’école élémentaire.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires reçus n’ont pas tous vocation à être publiés.
Étant directeur de publication de ce blog, seuls les textes qui présentent un intérêt à mes yeux seront retenus.